25 février 2007

24 Février 2007 - La Voix du Nord

head_logo

Alain Hodique définitivement

La Voix du Nord - 24/02/2007

COUR DE CASSATION

 24hidique  Alain Hodique définitivement blanchi, c’est à son épouse de se battre, désormais

En blanchissant définitivement Alain Hodique, la Cour de cassation a mis un terme, hier, à une sombre affaire qui a duré plus de six ans. Une affaire de délation, de soupçons, d’emprisonnement abusif… Une affaire qu’on a parfois comparée à celle d’Outreau.


Alain Hodique était le mari de la directrice de l’école primaire de Bucquoy, près d’Arras. Au mois d’août 2001, une amie l’avertit que des rumeurs courent à son propos, dans le village. Des rumeurs qui l’accusent d’agressions sexuelles et de viols sur plusieurs enfants. Mais pas longtemps. Le 3 septembre, il se présente à la gendarmerie, pour déposer une plainte en diffamation, et c’est le début de ses ennuis. Le 5, au matin de la rentrée des classes, il est interpellé, mis en examen, puis placé en détention, où il restera un peu plus d’un an.
Toujours, il a crié son innocence. Toujours, son épouse, ses amis, ont eu foi en lui. Il a même cru que ce cauchemar était terminé lorsque la chambre de l’instruction, infirmant la décision du juge Janson, rendit un non-lieu. Mais le parquet général et quelques parties civiles, des parents d’enfants de l’école, se sont pourvus en cassation. Ils voulaient un procès. Depuis hier, on sait qu’il n’y en aura pas. Que les invraisemblances de ce dossier ont eu raison du soupçon, de la délation, et qu’Alain Hodique est reconnu définitivement innocent.

Aujourd’hui, M. Hodique vit dans le Gers, en compagnie de son épouse. « C’est pour elle que nous allons nous battre, maintenant. L’Éducation nationale l’a suspendue avant même que je sois mis en examen, et elle l’est toujours. Avec un demi-traitement ! » Pour rentrer dans ses droits, Mme Hodique devra se battre, en effet. Pour être indemnisé, M. Hodique compte sur son avocat, Me Berton, qui rappelait hier l’imprudence de Jack Lang, alors ministre de l’Éducation, qui avait envoyé aux parents d’élèves de Bucquoy une lettre ouverte qui bafouait largement la présomption d’innocence. « Là, nous exigerons des excuses », dit Frank Berton. Et quand il a quelque chose en tête…

 

Posté par ALMATHE à 12:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur 24 Février 2007 - La Voix du Nord

    Informer

    Bonjour,

    Je suis journaliste pour le magazine "Ca se discute" sur France 2 et j'aimerais bien pouvoir vous contacter ! POurriez vous me rappeler au 01 53 84 33 38 ou bien sur mon mail : cattry@reservoir-prod.fr
    Merci
    Cordialement
    Charlotte Attry

    Posté par Charlotte, 05 juillet 2007 à 12:13 | | Répondre
Nouveau commentaire