MATHAL

26 mars 2008

Pour pouvoir tourner la page

Voilà bientôt un an que tout est terminé, justice et éducation nationale.

Il y a eu des déclarations, des promesses d'indemnisations, puis des procédures, enfin rien ne correspond à ce qui avait été annoncé devant les caméras et à la presse.

La perte financière reste importante !

Bien entendu nous pouvions continuer à plaider....

Mais si les traces sont indélébiles, notre vie n'est pas dans les tribunaux, alors nous avons accepté les sommes qui nous ont été proposées pour tourner la page et au bout de 7 ans ne plus avoir de courriers disant que c'est comme ça et que ce que l'on nous a fait perdre n'est  pas prévu dans la procédure.
On en a franchement ras le bol et nous voulons écrire le mot  FIN


Posté par ALMATHE à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 janvier 2008

Jack Lang-Tribunal administratif-2008

Le tribunal administratif de Lille a estimé qu'il y avait atteinte au devoir de neutralité des services publics

Le conseil municipal de Beuvry-la-Forêt avait pourtant voté pour baptiser l'école communale du nom de l'ancien ministre socialiste de l'Education nationale.

Lors de l'inauguration, le 4 novembre 2005, Jack Lang avait expliqué que "l'idée lui paraissait étrange à première vue (...) mais qu'au fond, cela représentait la forme suprême de la vanité que de refuser".

Mais un habitant de la commune ne l'a pas entendu ainsi. Représenté par Me Marc Desurmont, ce dernier a contesté la nouvelle appellation de l'école en justice.

Fin décembre, il a obtenu gain de cause devant le tribunal administratif de Lille qui a annulé l'arrêté municipal validant le nouveau nom de l'école. Le tribunal a fait valoir "le principe de neutralité des services publics qui s'oppose à ce que soient apposés sur les édifices publics des signes symbolisant la revendication d'opinions politiques,religieuses ou philosophiques".
copier/coller de l'article de France3 Nord-Pas de Calais

Aucun commentaire de ma part, si vous regardez ce qui précède vous trouverez facilement ce que j'en pense.

Je profite de cette publication pour vous dire que je suis profondément écœuré par toutes les lettres que j'ai reçues depuis le 5 Novembre 2007 (date de la publication précédente) aussi bien de la justice que du ministère de l'éducation nationale pour les procédures d'indemnisations et que j'ai de ce fait arrêté de vous en faire part, lorsque le résultat sera définitif il sera mis en ligne et un rapport "débit/crédit" pourra vous informer de ce qu'est la justice...   


Posté par ALMATHE à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2007

Education Nationale - Promesses et Réalité

Entre deux visites chez les médecins, à cause du nouveau traumatisme de septembre 2007, voici où nous en sommes la promesse de Gilles de Robien, que vous pouvez retrouver à cette adresse, (Communiqué de presse du 27/03/2007) n'est absolument pas tenue par son successeur Xavier Darcos.
Je ne vais pas entrer dans les détails mais à ce jour la compensation financière proposée par le Ministère couvre à peine les frais d'avocats et de procédure jusqu'aux plus hautes institutions de la République. C'est écoeurant ! Je préfère me taire et ne pas penser à tout cet argent dilapidé pour le feu d'artifice médiatique journalier, j'avais cru pourtant qu'on allait enfin être considéré comme des humains, mais absolument pas c'est un dossier administratif.
A croire que si les choses ne sont plus médiatisées, elles sont enterrées, et que ce n'est pas ce que l'on fait qui compte mais ce que l'on raconte...


Posté par ALMATHE à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2007

L'éducation nationale va finir par conduire ma femme à l'asile

C'est un ras le bol ! Une saturation ! Les injustices s'accumulent ! On souffle le chaud et le froid, mais rien n'est résolu depuis la lettre de Gilles de Robien aucun contact avec le ministère. La seule chose faite (avec de petites erreurs) c'est la reconstitution de carrière et la récupération des salaires. Mais pour les frais occasionnés par la décision de 2001 (tribunal administratif ) - RIEN - procédure contre Jack Lang - RIEN - procédure contre la décision de l'inspection académique - RIEN - procédure au conseil d'état - RIEN - Évaluation des frais engendrés par la situation, 2 logements, plusieurs déménagements etc. pretium doloris - RIEN -

Ci-dessous copie de la lettre que j'ai adressée à Maître Cochet

Cher Maître, 

 L’attitude de l’Éducation Nationale ne laissant pratiquement que la possibilité de reprendre son poste à l’école de Bucquoy puisqu’il n’y a eu aucun contact du Ministère pouvant faire espérer que les intentions du Ministre Gilles de Robien soient suivies d’effets.

 Le Ministre avait dit « rétablissement dans ses droits et réparation du préjudice moral et financier » à ce jour aucun écrit ne confirme cette chose en chiffres. 

 Donc il ne restait qu’une solution, peu humaine, la reprise du poste. Les préparatifs pour ce chemin de croix étaient faits mais la santé physique et morale empêche cette reprise du travail. Les jours qui précédent ont vu les choses s’aggraver et il a fallu se rendre à l’évidence et consulter un médecin qui a prescrit un arrêt de travail. 

 C’est à nouveau 6 ans après le calvaire qui recommence. Aussi je tenais à porter de suite cette chose à votre connaissance. Et vous demande d’intervenir pour solutionner au plus tôt cette situation inhumaine. 

 Le harcèlement de l’administration voulant connaître la décision de mon épouse sans que d’autre part les choses soient finalisées ressemble à un poker menteur et est peu digne du mal qui a été provoqué, la lettre que je vous ai fait parvenir datée du 31 août en est une nouvelle preuve. 

 En vous remerciant de votre intervention auprès du Ministère et de l’Inspection Académique, je vous prie de croire, Maître, à l’assurance de toute ma considération. 

 Alain Hodique    


Posté par ALMATHE à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2007

Lettre au Ministre du 5 Juillet 2007

Maintenant que l'annonce dans les médias a été faite nous avons des réponses "administratives" aux demandes fini les belles paroles,  les fonctionnaires sont de retour  et  c'est pourquoi Maître  Cochet  a adressé  une nouvelle lettre au Ministre.

Monsieur le Ministre,

Je fais suite à votre courrier en date du 23 mai dernier et vous en remercie.

Par contre, je viens de recevoir un courrier en date du 19 juin de vos services qui ne répond pas aux attentes de ma cliente, Madame MAILLOT HODIQUE.

Voter prédécesseur, Monsieur Gilles DE ROBIEN, l'assurait dès le 29 mars dernier qu'il avait immédiatement, après avoir pris connaissance de sa situation, demandé aux services compétents de l'Education Nationale de la rétablir dans ses droits et de réparer les préjudices moraux et financiers qu'elle avait subis.

Vous comprendrez sa déception et son incompréhension à la lecture du courrier du 19 juin provenant du « service des personnels enseignants de l'enseignement scolaire » !

Ma cliente ne s'attendait pas à recevoir une analyse juridico administrative aussi fondée soit-­elle sur la possibilité de bénéficier pour les années passées de congés bonifiés mais une proposition d'indemnisation de ses préjudices moraux et financiers et notamment pour ces derniers qui ne pouvaient l'être au terme de la reconstitution de carrière.

Ce courrier a été d'autant plus perçu par Madame HODIQUE comme un nouvel affront à son honneur d'enseignante qu'elle espérait qu'après avoir été sacrifiée pendant 6 ans à l'intérêt du service, son administration se ferait un devoir de reconnaître enfin l'absence totale de fondement à la mesure d'ostracisme qui la frappa.

Dès lors, je vous remercie de me confirmer que vous ne dérogerez pas à l'engagement solennel de Monsieur Gilles DE ROBIEN et ce d'autant que ma cliente a été sacrifiée au nom de l'intérêt du service par le Ministre de l'époque très enclin à la médiatisation de tous ses actes même au détriment d'enseignants qu'il était censé défendre.

Je vous rappelle qu'alors que son mari avait été totalement blanchi des odieuses accusations dont ils ont été les victimes, ma cliente continuait à être suspendue jusqu'à l'intervention de votre prédécesseur.

De même, la position de vos services centraux me paraît en total décalage avec la qualité de l'écoute qui lui a été témoignée par Monsieur POLVENT, Inspecteur d'Académie et Monsieur MANNESSIER son secrétaire général.

Ainsi par arrêté en date du 2 avril 2007, Madame HODIQUE a été rétablie dans ses droits et sa carrière a été reconstituée.

Il me paraît dès lors nécessaire de mette en place l'indemnisation complémentaire à laquelle elle est en droit de prétendre et ce d'autant que vos services doivent de concert avec elle prendre les décisions conditionnant sa poursuite d'activité ou pour lui permettre de faire valoir ses droits à la retraite.

Je vous réitère dès lors ma demande et vous remercie de bien vouloir demander aux services du Ministère de prendre contact avec moi pour que nous puissions aujourd'hui enfin en terminer de ce douloureux dossier dans le respect des engagements pris.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l'assurance de mon profond respect.



Posté par ALMATHE à 09:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]


01 juillet 2007

Le calvaire d'un Innocent

J'ai repris le titre de l'émission d'Europe1 car je trouve que M. Pierre Rancé a bien défini les choses et à la lecture du fichier joint vous aurez la possibilité de juger par vous même, c'est une chronique la plus courte possible de 2001 à 2007 en 7 pages seulement; pour les détails c'est un livre qu'il faudrait écrire, mais je suis le seul à pouvoir le faire et à ce jour je n'en ai pas le désir.

Voici le lien pour télécharger ou lire le fichier en pdf >>>> Chronique_2001_2007

Pour compléter les choses il faut savoir que maintenant je suis en procédure d'indemnisation, donc ce n'en est pas totalement terminé avec la procédure et les avocats.

Une chose que j'ai bien du mal à comprendre c'est que je ne serais pas indemnisé sur les frais de procédures et d'avocats, il me faut passer en pertes et profits environ 300 000 F + de 45000 € - "La Justice n'a pas fait d'erreur, les choses ont été arrêtées avant les assises". C'est curieux je n'arrive pas à comprendre qu'il soit normal qu'on puisse aller porter plainte pour diffamation, que cette plainte ne soit pas enregistrée, qu'on est mis + d'un an en prison, qu'on vous prenne  6 ans de vie  et ce n'est pas une erreur.

Lorsque la justice a avancé 50000 € aux plaignants, qu'elle vous a mis 380 jours en prison; si elle ne vous fait pas aller jusqu'aux assises c'est bien parce que les choses que l'on vous reproche sont totalement impossibles car cette institution n'aime absolument pas être prise en défaut.

Mais il ne faut tout de même pas dire que c'est une erreur c'est trop demander !


Posté par ALMATHE à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 juin 2007

Xavier DARCOS est-il aussi réactif que Gilles de Robien

La lettre de Maître Berton et de Maître Cochet à M. Gilles de Robien a eu comme effet de faire comprendre au Ministre l’injustice de l’Administration vis-à-vis de Marie-Thérèse Hodique.

La décision du Ministre Gilles de Robien a été rapide et logique

Les services de l’Education Nationale ont reconstitué sa carrière et si les choses ne se sont pas encore à ce jour transformées en argent on peut dire qu’elles sont bien avancées.

Bien entendu dans la promesse du Ministre il y avait la prise en compte du pretium doloris et pour cette partie ainsi que pour divers détails non gérés directement par l’administration de l’Education Nationale, il est maintenant nécessaire que ce soit le Ministère qui finalise les choses.

Aussi le 22 mai 2007 Maître Cochet a fait parvenir un courrier à M. Xavier Darcos Ministre de l’Education Nationale, maintenant c’est à lui,le nouveau Ministre, de continuer l’œuvre de son prédécesseur, espérons qu’il traitera cette affaire rapidement. L’apparence de décisions rapides en vogue en ce moment peut-il s’appliquer aussi dans ce cas. Après 6 ans de galère ce serait, semble-t-il normal.


 

Posté par ALMATHE à 10:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 avril 2007

Les excuses de Jack Lang

Voici la lettre que j'ai reçue le 16 Avril 2007   
Elle est datée du 29 Mars 2007

                                                                                                            Paris,   le 29 mars 2007
                        
Cher   Monsieur,

                           Ainsi que je m'y étais engagé   dans mon courrier du 21 décembre 2005, je vous présente, très sincèrement,   mes excuses.  

L'atteinte à la présomption   d'innocence est une faute. Je crois avoir, tout au long de ma vie,   par mes actes et par mes écrits, résisté à cette dérive. Je déplore que la situation de   l'époque, et les conseils qui m'ont alors été prodigués, m'aient conduit à   prendre une position si contraire à ma conscience, à mes valeurs, à mes   engagements.

 

                          J'en   ressens une grande peine, pour vous-même et pour votre épouse.

 

Le Ministère de l'Education   s'engage à lui assurer une totale reconstitution de carrière. Je   mesure que ce rétablissement légitime dans ses droits ne vous dédommagera pas   des souffrances morales que vous avez dû subir.

 

Je suis à votre disposition si,   d'une manière ou d'une autre, je puis contribuer à faire réparer la faute qui   vous a si cruellement atteint.

     

                            Veuillez   croire, cher Monsieur. à 1'assurance de mes sentiments les meilleurs, 

 

                                                Jack Lang       

Le fichier en pdf   Jack_Lang_16_4_2007

Je suis triste de constater que les excuses interviennent plus de 5 ans ½ après la lettre qui bafoue totalement la présomption d’innocence et qui a largement contribué à notre malheur. 

Ce qui me rend encore plus triste c’est que cette lettre arrive depuis que mon épouse et moi avons été totalement blanchis par la justice ; car je me pose la question, la présomption d’innocence n’est elle pas valable pour tous et avant toute action de justice ; faut il être innocent pour bénéficier de la présomption d’innocence ? 

Ce n’est pas l’idée que je me faisais de cette loi. Pour moi tout le monde doit bénéficier de la présomption d’innocence et ensuite la justice doit rendre sa décision. 

Voici pourquoi je suis triste, je pensais avoir compris le sens de cette loi, mais les différentes lettres de Jack Lang me font penser qu’elle ne s’applique que dans certains cas, pour moi, il n’y a qu’une possibilité l’appliquer dans tous les cas. 

En conséquence je prends acte de cette lettre.


Posté par ALMATHE à 07:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

02 avril 2007

Le Ministre Gilles de ROBIEN à Marie-Thérèse HODIQUE

Ce matin au courrier la lettre du Ministre de l'Education Nationale Gilles de ROBIEN est arrivée, que dire après tous les courriers qui nous ont fait tant de mal, enfin une lettre qui fait du bien, une lettre d'un Homme qui a compris les injustices et qui sans phrases compliquées  dit simplement  les choses. 
Maintenant il faut espérer  que l'Administration  soit elle aussi humaine  et qu'elle agisse tout simplement comme le demande le Ministre. 
En pièce jointe la lettre datée du 29 mars 2007  Gilles_de_ROBIEN
Il est bon de pouvoir écrire le mot homme avec une majuscule.


Posté par ALMATHE à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mars 2007

Communiqué du Ministère de l'Education Nationale

Comme nous n'avons eu aucun courrier ni autre forme de contact avec le Ministère depuis que la télévision nous a appris que Monsieur Gilles de Robien avait fait savoir qu'il fallait solutionner le problème de Marie-Thérèse je vais simplement ajouter le texte que j'ai trouvé sur le site du Ministère.

Gilles de Robien, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a pris connaissance avec stupeur de la situation de Madame Marie-Thérèse Hodique-Maillot, directrice d'école dans le Pas-de-Calais, qui avait été suspendue le 4 septembre 2001 alors que Monsieur Jack Lang était ministre de l'Éducation nationale et de la Culture.
Madame Hodique-Maillot a fait l'objet d'une suspension qui n'aurait jamais dû dépasser quatre mois ni se traduire par une réduction de 50% de son traitement depuis.
Saisi par l'avocat de Madame Hodique-Maillot en fin de semaine dernière, Gilles de Robien est scandalisé par cette injustice. Il a décidé de rétablir Madame Hodique-Maillot dans ses droits et de réparer les préjudices moraux et financiers que lui a fait subir l'Éducation nationale.
Le règlement de son dossier constitue pour Gilles de Robien une priorité majeure. Il a ainsi saisi les directeurs généraux de son administration pour qu'il soit apporté la plus complète satisfaction à Madame Hodique-Maillot dans les plus brefs délais.

Le mercredi 28 vers 9 h nous avons eu un contact téléphonique avec l'Administration de l'Education Nationale, bien entendu c'est une chose qui ne peut se régler à la va vite par téléphone et avons souhaité une rencontre.


19 mars 2007

Gilles de Robien / Jack Lang

En 2001 sans autre forme de procés Jack Lang a mis Marie-Thérèse HODIQUE au pilori.

Nous sommes en 2007, les temps ont ils changés ?

Marie-Thérèse Hodique lance un appel au Ministre de l'Education Nationale Gilles de Robien pour qu'il répare les erreurs de son prédécesseur.

Maintenant si c'est à nouveau une période pré-electorale, le temps des promesses, il serait bon dans une affaire aussi simple que cette mise à l'index sur une simple indication ministerielle de Jack Lang, qu'on arrive au temps des actes et de la réparation.

Parler c'est bien, agir c'est mieux !

C'est dans les semaines à venir que nous aurons une vue des choses – Le bon sens ou encore des mois et des années de procédure ?

C'est dans l'action qu'on reconnaît les Hommes

Y a t-il une différence entre les Ministres de l'Education Nationale ?

Courrier de Maître Cochet au Ministre du 15 mars 2007      Maitre_Cochet___Ministre_Education_Nationale


Posté par ALMATHE à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2007

Jack Lang, de bois par Georges Moréas

Georges Moréas - Romancier, Scénariste ou coscénariste, Comédien dans une série télévisée (Enquêtes Privées), Commissaire principal honoraire de la Police Nationale. consacre l'une de ses publication à notre histoire; sous le titre "Jack Lang, de bois" pour retrouver cette page voici le lien :  c'est   > ICI
D'autres affaires d'autres dossiers sont sur ce blog, un conseil "allez le visiter !"

Après la lettre des excuses de Jack Lang  voici le lien pour lire la nouvelle pulication de Georges Moréas pour retrouver cette page  c'est >  ICI   et le titre de l'article est : La pénitence de Lang


Quelques mots en réponse aux commentaires ci dessous :

En remerciant ceux qui ont laissé un commentaire, je voudrais préciser : on ne demande pas à la justice une procédure ou une autre.
ON N'A PAS LE CHOIX !
En plus il est facile devant son écran de se mettre à ma place. Maintenant je ne le souhaite à personne.

Dans mon cas ce NON LIEU me donne entière satisfaction car ce n'est pas l'idée simple (non-lieu (= absence de preuves)) mais impossibilité des choses, c'est ce qui résulte du dossier ; mais sur le blog c'est le résumé du résumé.

Le non lieu après 380 jours de prison prouve que rien ne permettait à la justice de se débarrasser de mon dossier aux assises afin de faire prendre la décision par un jury populaire car il est bien connu qu'aucun magistrat ne veut signer un papier prouvant une erreur judiciaire. En plus le jury lui se base sur son intime conviction et aucune procédure ne pourra empêcher à quelques uns de penser "il n'y a pas de fumée sans feu"

Si plus de 5 ans 1/2 de procédure dans une vie n'est pas moralement et physiquement assez long et douloureux pour certains qu'ils me jettent la première pierre.Mais, moi à ce jour, je ne demande qu'une chose laisser ce cauchemar derrière moi. 

Si pour vous le verre est à moitié vide pour moi il est à moitié plein de toute manière ma préférence aurait été au verre plein, mais là non plus je n'ai pas eu le choix.   

Je n'ai pas indiqué la partie financière, pensez y !

Amicalement         Alain Hodique


Posté par ALMATHE à 09:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 mars 2007

Blog des Innocents Injustement Accusés

Ce matin je suis passé rapidement sur un nouveau blog et  ai laissé un commentaire sur deux petites erreurs dans le texte d'introduction....Sans grande importance mais néanmoins dans ces histoires la précision est indispensable car il faut ensuite des années pour revenir en arrière......

Pour visiter ce blog qui reprend plusieurs erreurs judiciaires http://blogdesinnocents.canalblog.com  .

Posté par ALMATHE à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2007

Jack Lang - Négation de la présomption d'innocence et pas d'excuses à ce jour

En septembre 2001 pour ajouter à notre malheur, Jack Lang, à l'époque Ministre de l'Education Nationale faisait cette lettre aux parents de l'école maternelle de Bucquoy. C'est purement et simplement  bafouer la présomption d'innocence. 

En dessous les lettres sur cette question.
Un clic sur la miniature pour agrandir et lire

.::.

6_9_2001_Jack_N_gation_presomption_d_innocence

.::.

4_02_2002_Jack_lettre2_aux_parents         

  .::.

r_ponse_de_Jack_21_12_2005 

  .::.

    Alain_le_4_janvier_2006

     .::.

Il est à remarquer que depuis que je lui ai adressé sa lettre d'origine c'est le silence total


* Et sur RTL >>>

La Question   Question_RTL   La Réponse  Réponse_J_Lang_RTL

Ci-dessus liens des fichiers mp3 - ouvrir ou télécharger

Copie de la transcription et des commentaires de Média-Ratings

Le copier/coller rendant "morts" les liens de l'article Voici le lien pour retrouver l'article original >>>>>> Media-Ratings

Jack Lang, la pédophilie et la présomption d’innocence : bravo Jean-Michel Apathie (RTL) !

Mis en ligne le 22 décembre 2005

Depuis le lancement de Media-Ratings en juin 2004, nous n’avons cessé de critiquer la complicité qui existe entre les journalistes et le personnel politique français.

Toutefois, Jean-Michel Apathie, interviewer sur RTL le matin entre 7h50 et 7h58, est un de ceux qui ose sortir de ce cercle de connivence, qui rend les journalistes complaisants avec les politiques, qui en retour les protègent lorsqu’ils en ont la possibilité.

Le mercredi 21 décembre 2005, Jack Lang en a été la « victime ».

Tout au long d’un entretien soutenu, Jean-Michel Apathie a questionné M. Lang sur de nombreux sujets et a conclu par l’échange suivant :

J-M Apathie : « En 2001, Jack Lang, vous étiez ministre de l'Education. Et, à cette époque, le mari d'une institutrice de maternelle, dans le Pas-de-Calais, avait été accusé de faits de pédophilie sur des enfants dont sa femme avait la charge.

Vous aviez dénoncé, à l'époque, par écrit, je vous cite : "les actes odieux et scandaleux commis par l'époux de la directrice". Cet homme, Alain Hodique, 60 ans, vient d'être blanchi par la justice et il a rappelé cette lettre que vous aviez écrit et qui, a-t-il dit, lui avait fait mal. »

Jack Lang : « Je ne peux pas répondre, comme cela, à une question qui m'est posée alors que je n'ai pas, sous les yeux, le dossier. »

JMA : « Vous vous souvenez de ce courrier, Jack Lang ? De cette affaire ? »

JL : « Je ne m'en souviens pas. »

JMA : « Vous avez lu cela, la semaine dernière ? »

JL : « Excusez-moi, je suis un garçon honnête et si je commets une erreur, je la reconnais. Si j'avais commis une erreur, je la reconnaîtrais. Je m'engage à voir de près ce dont il s'agit. Je ne connais pas ce dossier. Il n'est pas dans ma mémoire. »

JMA : « C'était la semaine dernière, dans les journaux. Vous n'avez pas regardé ?»

JL : « Je ne l'ai pas vu. Vous me l'apprenez à l'instant. »

JMA : « C'est vrai ? Je vous l'apprends ? »

JL : « Mais oui ! Bien sûr ! Et je vais regarder de près, et s'il y avait une erreur de commise, naturellement, en plus, personnellement, je suis tellement un militant de la présomption d'innocence, qu'effectivement, je me sentirais auteur d'une faute, si c'était le cas. »

JMA : « Alain Hodique, 60 ans, disait la semaine dernière qu'il attendait, de votre part, Jack Lang, des propos. Peut-être aurez-vous l'occasion de les lui adresser. »

Remarquons que dans cet échange, Jean-Michel Apathie a relancé à plusieurs reprises Jack Lang alors que ce dernier cherchait manifestement à éviter le sujet en prétendant ne rien savoir sur ce dossier ; ce qui semble peu probable puisqu’il est directement concerné par cette bavure judiciaire.

De plus, Jack Lang avait été poursuivi en violation de la présomption d'innocence devant le tribunal correctionnel d'Arras. Le tribunal s'était déclaré incompétent en avril 2002 et avait renvoyé l'affaire devant la Haute cour de justice, Jack Lang étant protégé par sa fonction ministérielle.

Par ailleurs, notons que lorsque l’on cherche sur internet plus d’informations sur cette affaire, on ne trouve presque rien, si ce ne sont deux liens.

Le premier vers France 3 :

« Non-lieu pour un homme soupçonné de pédophilie

France 3 - 15 déc 2005 ... Alain Hodique, qui a toujours affirmé son innocence, actuellement dans le Gers, a ... avocat a également demandé les excuses publiques de Jack Lang, ministre de ... »

Mais en cliquant sur ce lien, on s’aperçoit que cette page n’existe plus !

Aurait-elle été censurée ?

Le deuxième lien est une dépêche de l’Associated Press – « Douai: non-lieu pour le mari d'une institutrice incarcéré pour pédophilie » - où les faits sont rapportés de façon complète, et le rôle de Jack Lang y est clairement mentionné. Toutefois, cette page, qui était accessible jusqu’au 21 décembre 2005, a elle aussi disparu.

Si la relaxe d’Alain Hodique a été quelque peu traitée par les médias, notamment par Le Figaro du 15 décembre 2005, le rôle de Jack Lang a été bien souvent occulté. Cela n’a pas été le cas dans Le Figaro du jeudi 22 décembre 2005 qui revenait sur ce sujet et nous apprenait que l’affaire n’était pas close puisque le parquet général s’est pourvu en cassation contre Alain Hodique. Le quotidien national n’a, cette fois-ci, pas oublié de rappeler le rôle de Jack Lang dans cette affaire.

Signalons aussi Le Parisien/Aujourd’hui en France et l’émission de France 5, « Arrêt sur Images » du 18 décembre 2005, qui ont admirablement traité cette affaire en rappelant le rôle qu’y a tenu Jack Lang.

Peut-on alors imaginer que les autres médias se soient autocensurés, et n’aient pas cité la contribution malheureuse de l’ancien ministre de la Culture à ce lynchage médiatique, afin de ne pas l’irriter ?

On peut à juste titre s’interroger sur ce silence dans une affaire où l’honneur d’un homme a été sali par les médias et par le ministre de tutelle de l’époque.

Pour mémoire, rappelons que la biographie consacrée à Jack Lang, parue en janvier 2004 - Docteur Jack et mister Lang – avait été soigneusement ignorée par la quasi totalité des médias français, en dépit des qualités intrinsèques de l’ouvrage rédigé par deux journalistes chevronnés, Laurent Guimier et Nicolas Charbonneau.


Posté par ALMATHE à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Europe 1

Europe1_300   Le 3 Mars 2007 nous étions dans l'émission dans l'émission de M. Pierre Rancé de 16 h à 17 h et pour quelques semaines un lien permet d'écouter  les 53  minutes que nous a consacré ce journaliste.
Voici la page où se trouve le lien http://www.europe1.fr/antenne/fiche_emission.jsp?id=1969
L'émission commence après les informations de 16 h il faut donc quelques minutes de patience.


Posté par ALMATHE à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2007

24 Février 2007 - La Voix du Nord

head_logo

Alain Hodique définitivement

La Voix du Nord - 24/02/2007

COUR DE CASSATION

 24hidique  Alain Hodique définitivement blanchi, c’est à son épouse de se battre, désormais

En blanchissant définitivement Alain Hodique, la Cour de cassation a mis un terme, hier, à une sombre affaire qui a duré plus de six ans. Une affaire de délation, de soupçons, d’emprisonnement abusif… Une affaire qu’on a parfois comparée à celle d’Outreau.


Alain Hodique était le mari de la directrice de l’école primaire de Bucquoy, près d’Arras. Au mois d’août 2001, une amie l’avertit que des rumeurs courent à son propos, dans le village. Des rumeurs qui l’accusent d’agressions sexuelles et de viols sur plusieurs enfants. Mais pas longtemps. Le 3 septembre, il se présente à la gendarmerie, pour déposer une plainte en diffamation, et c’est le début de ses ennuis. Le 5, au matin de la rentrée des classes, il est interpellé, mis en examen, puis placé en détention, où il restera un peu plus d’un an.
Toujours, il a crié son innocence. Toujours, son épouse, ses amis, ont eu foi en lui. Il a même cru que ce cauchemar était terminé lorsque la chambre de l’instruction, infirmant la décision du juge Janson, rendit un non-lieu. Mais le parquet général et quelques parties civiles, des parents d’enfants de l’école, se sont pourvus en cassation. Ils voulaient un procès. Depuis hier, on sait qu’il n’y en aura pas. Que les invraisemblances de ce dossier ont eu raison du soupçon, de la délation, et qu’Alain Hodique est reconnu définitivement innocent.

Aujourd’hui, M. Hodique vit dans le Gers, en compagnie de son épouse. « C’est pour elle que nous allons nous battre, maintenant. L’Éducation nationale l’a suspendue avant même que je sois mis en examen, et elle l’est toujours. Avec un demi-traitement ! » Pour rentrer dans ses droits, Mme Hodique devra se battre, en effet. Pour être indemnisé, M. Hodique compte sur son avocat, Me Berton, qui rappelait hier l’imprudence de Jack Lang, alors ministre de l’Éducation, qui avait envoyé aux parents d’élèves de Bucquoy une lettre ouverte qui bafouait largement la présomption d’innocence. « Là, nous exigerons des excuses », dit Frank Berton. Et quand il a quelque chose en tête…

 

Posté par ALMATHE à 12:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 février 2007

Enfin....C'est fini ! JUSTICE EST FAITE !

Le 23 Février 2007 à 15 h 50 par téléphone la bonne nouvelle ! La Cour de Cassation rejette le pourvoi

C'est T E R M I N E    !

5 ANS 1/2 .... Je suis allé pour  déposer plainte pour diffamation le 3 Septembre 2001

  • 2000 jours d'attente, d'angoisse, 
  • 2000 jours  sont passés, perdus
  • 10 %  de ma vie
  • Et la cerise sur le gâteau 380 jours de prison

Pourquoi ?
Lorsque la machine judiciaire est conduite par un juge
(génération "je suis instruit, intelligent,et j'ai raison puisque je suis juge) on transforme, ce qui aurait dû être une simple enquête de police, en affaire du siècle car bien entendu avec un Ministre de l'Education Nationale bafouant la présomption d'innocence et les médias comme caisse de résonance on écoute que les propos diffamants, c'est  'intérêt de tout ce monde qui est dans ce marigot  ...

Et combien les médias ont été heureux d'avoir "une affaire" le jour de la rentrée des classes...  C'est seulement le 11 septembre qui a fait se terminer le lynchage médiatique mon nom était livré en pâture sans jamais qu'on ajoute "les faits présumés" forme de style qui est en vigueur maintenant, même pour ceux qui ont avoué leurs méfaits ..Je n'ai pas non plus comme dans l'affaire d'Outreau bénéficié d'un nom de groupe "Les notables" (octobre 2001) car pour eux  il faut se souvenir que longtemps ils ont été connus uniquement par leur profession et non pas par leur patronyme ce n'est qu'à la fin de cette triste affaire qu'ils ont été mis en avant ...J'étais Alain HODIQUE, le mari de la directrice.
 


20 février 2007

Le Figaro - Justice - dans le grand audit de la France

Publication du 20 mars 2007

Le Figaro publie aujourd'hui mardi un supplément spécial dans lequel il dresse un état des lieux sans complaisance ni parti pris de l'état de la France, que ce soit son poids au niveau international ou dans l'économie.   http://www.lefigaro.fr/france/20070319.WWW000000593_le_grand_audit_de_la_france.html

Extrait "Justice" du Grand Audit de la France publié par Le Figaro La réforme qui n'a pas tenu ses promesses pas de faute disciplinaire, possibilité de sanctions, j'ai en souvenir une vue des santions par Coluche..10 avertissements > 1 blame >>> 10 blames >>> etc.etc.      Où est le réel ?    Il me semble que la phrase de Napoléon est toujours d'actualité "Le juge d'instruction est l'homme le plus puissant de France" Un jour peut être les politiques auront peut être à méditer sur cette phrase par eux même, dans ce cas les choses pourraient évoluer, car tout le temps que "ça n'arrive qu'aux autres" on a le temps de voir ...

En pièce jointe le fichier au format PDF  Le_Figaro_Justice


Posté par ALMATHE à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2006

En attente

Ouverture d'un nouveau blog avec le projet de publication de notre histoire depuis 2001 pour débuter ce blog nous attendons que le mot fin soit écrit, c'est donc un projet qui se concrétisera dans quelques temps....   

Posté par ALMATHE à 18:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]